Archives par mot-clé : The Rebel Assholes

Hierock’Sounds 2011 : Chinese Man, Fishbone, Inspector Cluzo…

Hierock’ Sounds : 2ème round

Ça y est, c’est reparti pour le festival haut-saônois qui, malgré une première édition placée sous le signe de la pluie, repart de plus belle cette année ! Changement de lieu au programme, puisque les festivités auront lieu cette fois-ci sur le site des Ballastières à Champagney.

Au menu pour cette nouvelle édition haute en couleurs : du rock, du blues, de l’électro, du trip-hop et du hip hop, parfois tout en même temps à l’image des invités d’honneur de Hierock’ Sounds version 2011, Fishbone. Ceux-ci se partageront la scène le vendredi 26 Août avec des têtes non moins connues, parmi lesquelles on aura le plaisir de compter The Inspector Cluzo et leur rock 100% homemade, Cercueil qui nous promet une prestation électro vertigineuse, Jack and the Bearded Fishermen dont le blues néandertalien oscille entre tension et explosion, ainsi qu’un DJ set délirant de DJ Kemical Kem.

Samedi 27 Août, changement d’ambiance, puisque c’est le célèbre collectif français Chinese Man qui investit la place pour un live aux influences trip-hop. La mise en ouïe sera assurée tout le long de la journée par La Canaille qui présentera fièrement son nouvel opus toujours plus engagé, The Rebel Assholes touche définitivement punk du festival, Underground Railroad et leur set électrisant, Carbon Airways qui, malgré leur jeune âge, risquent de faire de nombreux adeptes et DJ Feetwan et son show électro éclectique.

Cette année encore, Hierock’ Sounds promet une joyeuse rencontre entre découvertes régionales et têtes d’affiche internationales, et n’hésite pas à faire se côtoyer les styles les plus divergents. La fédération Hiero Haute-Saône a le plaisir de vous donner rendez-vous les 26 et 27 Août prochains, pour deux jours qui promettent d’être intenses !

LA PROGRAMMATION JOUR PAR JOUR
Vendredi : ouverture des portes à 15 heures
– Fishbone
– The Inspector Cluzo
– Cercueil
– Jack and the Bearded Fishermen
– DJ Kemical Kem

Samedi : ouverture des portes à 19 heures
– Chinese Man
– La Canaille
– Underground Railroad
– The Rebel Assholes
– Carbon Airways
– DJ Feetwan

La Guerre du Son 2009

Il est des traditions qu’on aime faire perdurer. Malgré un déménagement qui m’a éloigné de Landresse, je ne pouvais pas manquer cette année le festival La Guerre du Son. C’est comme ça, y’a une ambiance, des gens, une programmation qui fait que j’ai toujours venir.

Rendez-vous donc cette année les 17 et 18 juillet au milieu de nulle part encore pour revoir les guerriers de Landresse.

Le festival commence avec Crossingate, groupe de métal de Besançon, déjà bien calé sur scène. Il se poursuit par The Rebel Assholes, que j’avais déjà eu le plaisir de voir au Festival de la Paille l’année dernière et qui m’avait fait forte impression. Cette même bonne impression se confirme sur place.

La super tête d’affiche du week-end arrive alors : Trust. Mais malheureusement la première impression qu’ils me laisseront ce jour là sera plutôt négative. Un manager assez pénible, un groupe plutôt capricieux. Ils avaient intérêt à être bons sur scène pour rattraper le coup. Mais sur scène, on peut pas dire que c’était l’extase. Depuis 2007 et la première fois que je les ai vus, ils se sont visiblement bien encroutés.

Heureusement qu’ensuite viendra Punish Yourself. Un show difficilement descriptible si ce n’est par quelques chiffres : en plus du groupe : deux peintres, un danseur, une danseuse, des ponceuses et un saxophone. Comme si le fluo ne suffisait pas, là on reste d’un bout à l’autre du concert de peur de louper quelque chose.

Après de telles émotions, il est temps de rentrer, une grosse journée va suivre le lendemain.

Et justement, après avoir manqué Monsieur Z, ma journée du samedi débute par Maxxo, qui rentre bien dans la lignée des bons choix de groupe reggae du samedi à la Guerre du Son.

Pour finir la journée, rien de moins qu’Enhancer, Deportivo et Lofofora. Enhancer reste dans ce qu’ils faisaient dès le début : du rap and roll assez typé ado mais très assumé. Cela dit, à 30 ans comme à 20 ans, ils gardent leur pêche et ça c’est plutôt pas mal.

C’est alors que les problèmes de son ont envahi la Guerre du Son. Largement gâché par des problèmes de retour, les Deportivo ont eu du mal à faire leur concert comme il faut. Il commençait plutôt bien, mais ces soucis plus un état pas trop convenable du chanteur ont un peu gâché la fête. A revoir dans de bonnes conditions, je suis sûr que les Deportivo sont très bons en général.

Toujours frais et sobres, les Lofofora n’auront à lutter que contre la qualité du son. Pour eux et leur longue carrière, le problème est plus facilement géré, et on a donc droit à l’habituelle patate des Lofofora ponctués par les bons mots de Reuno.

Et c’est ainsi que le festival se termine, toujours dans la bonne humeur et l’impatience de savoir ce qu’il nous réserve pour l’année suivante.

Très prochainement, les photos et la vidéo du festival.

Festival de la Paille 2008

Après une année off, le festival de la Paille était de retour les 1er et 2 août à Métabief. Et Festivals-rock.com y était.

Vendredi 1er août

Situé quelques kilomètres au sud de Pontarlier, Métabief est une station de ski l’hiver, et un super lieu pour le VTT de descente l’été. Et c’est au pied des pistes que les scènes du festival de la Paille se sont installées pour cette 8eme édition.

Et après une édition 2007 annulée, une partie de la programmation de cette année a été reconduite en 2008. Pour ce vendredi, ce sont les Tetes Raides, les Caméléons et Sayag Jazz Machine qui tiennent le haut de l’affiche.

Et c’est justement les Caméléons qu’on rencontrera dans une premier temps pour une interview. Jean-Jean et Vincent répondent à nos questions et s’amusent au moment de la photo souvenir.

Mais c’est Steno-P de Besançon qui ouvrira le festival. Tâche difficile sur la « petite » scène du Mont d’Or, mais exercice dans lequel le groupe se sortira très bien.

Mais avant cela, il était temps de rencontrer les Tetes Raides également. C’est Grégoire, au saxo, qui revient sur les 20 ans du groupe.

Après ce moment passé en sa compagnie dans les loges, il est temps de rejoindre les Caméléons nouvelle formule (nouveau bassiste, nouvelle ligne de cuivre, nouveau batteur…). Et là, pas de doute, l’esprit festif est toujours présent. Et l’apport d’une double pédale chez le batteur est … étonnant et rafraichissant. Un joli coup de jeune dans le groupe qui va les relancer pour longtemps.

Lead Orphans enchaîne et je dois avouer qu’ils me laisseront moins sensible.

Il est donc déjà temps de rejoindre les Têtes Raides. Plus de 20 ans de carrière, c’est signe d’un groupe qui réussit. Et ils réussiront leur concert de la Paille. Parfois même, on croit sentir les murs d’une salle intimiste se former autour de nous. Et pourtant non, on est toujours au pied du télésiège de Métabief.

On croit alors se reposer, mais c’est sans compte The Rebel Assholes qui assurent superbement le spectacle avec leur punk. Bien dans leur sujet, ils offrent à la Paille un très bon concert.

Mais il reste encore Sayag Jazz Machine à recevoir sur la Grande Scène. Après un linecheck quelque peu interminable, les Sayag ont prouvé au public qui était resté sur place qu’ils auraient eu tort de partir. Leur spectacle mixant mise en scène, musique, projections et lumières valait le coup d’oeil.

Dommage pour Rustik Bass, mais il est déjà tard et la journée du samedi sera longue.

Samedi 1er août

Avec un groupe de plus sur la grande scène et probablement une affiche plus attirante, la journée du samedi devrait être plus remplie encore que la veille. En effet, c’est rien de moins que Luke, Mademoiselle K, Kaly Live Dub et Semtazone qui sont à l’affiche ce soir.

Mais la journée commence par les interviews. Et en premier lieu par Luke, représenté par Damien, son bassiste.

Parmi les têtes d’affiche, nous avions souhaité rencontrer Mademoiselle K également, mais arrivés tard du Canada, l’interview n’a pas été possible. Mais dès que possible, nous n’y manqueront pas.

Nous rencontrons donc des groupes régionaux. Tout d’abord Somadaya, qui se prépare à sortir un album en octobre 2008.

Plus tard dans la soirée, ce seront les Lokataires qui passeront devant notre caméra.

Pour la suite, place à la musique, avec pour l’ouverture, ces mêmes Lokataires. Comme à leur habitude, ils nous servent un ska toujours agréable pour démarrer la journée. Et d’ailleurs, ils seront agréablement surpris de voir beaucoup de monde devant eux malgré qu’il soit encore tôt.

Suivent sur la Grande Scène Semtazone. Et là on est retombé dans le beaucoup plus calme et moins festif. Difficile transition.

Par contre, le retour sur la Scène du Mont d’or ensuite est agréable. Somadaya, qui présentait déjà il y a quelques temps de beaux signes encourageants, démontre qu’ils n’ont pas perdu de temps et qu’ils ont travaillé. Ils présentent pour la première fois leur album à sortir en octobre, et malgré les imperfections dues au manque d’entrainement, on sent bel et bien le potentiel du groupe. Encore quelques dates et le groupe pourra s’attaquer à une tournée nationale. Souhaitons leur en tout cas.

On retourne sur la Grande Scène avec toujours une voix feminine, celle de Mademoiselle K. Et bon, elle a beau nous le répéter, on a du mal à croire qu’elle soit fatiguée suite à leur retour de Montréal. Elle envoie tout ce qu’elle a durant ce set trop court (1 heure). A revoir absolument.

C’est alors le reggae de Irie Team qui prend le relais sur la petite scène. Et une fois de plus, en reggae, si c’est pas original, je suis sans appel : je n’aime pas. Mais là justement, les Irie Team font oublier qu’ils sont sur la scène des groupes régionaux et donnent un bon concert et prouvent qu’il n’est pas nécessaire d’inviter une grande star jamaïcaine pour passer un bon moment.

Place alors à Luke. Et une fois de plus, comme à Rolling Saone en mai, les Luke sont bien en place et savent emballer le public. Et même si je les ai vu 3 mois plus tôt, l’effet de surprise est toujours là : ils ont autrement plus la patate que sur CD. C’est là qu’on reconnait les bons groupes : sur scène.

La soirée se terminera sur Tennisoap, qui ne me convaincra pas, et Kaly Live Dub, qui s’avera être un très bon choix pour terminer un festival. Ambiance et bonnes vibrations au menu pour repartir sur une bonne impression en attendant la Paille 2009.

Comme bilan de ce festival, on peut noter de bons choix homogènes entre groupes découvertes et têtes d’affiche. Une programmation équilibrée et plutôt de bonne qualité pour ce qui concerne les groupes régionaux.

Festival de la Paille 2008

8eme édition

1er et 2 aout 2008 à Métabief

Programmation :

1er aout : Têtes raides, Sayag Jazz Machine, Les Caméléons, Lead Orphans, Steno-P, The Rebel Assholes, Rustik Bass, Booma Sound System

2 aout : Luke, Mademoiselle K, Kaly Live Dub, Semtazone, Tennisoap, Les Lokataires, Irie Team, Somadaya, Booma Sound System